Le Moyen Age
Article mis en ligne le 2 novembre 2015

par yvon
logo imprimer

Le Moyen Age à Guissény

- La motte castrale de Castel al Lez.
La motte castrale, ancêtre du château-fort, se situe à l’extrémité ouest de la commune, en limite avec Plouguerneau. Ces mottes sont apparues un peu partout en Europe au début du XIème siècle et ont cessé d’être utilisées vers le XIIIème siècle. Leur construction correspond à une période d’insécurité ; les seigneurs locaux ne disposaient que de faibles ressources et ne pouvaient entreprendre des constructions de pierre. Ils pouvaient utiliser les paysans de leur domaine pour creuser le sol, charrier la terre nécessaire à l’édification de la motte, abattre les arbres et préparer le bois pour la construction de la tour. Par la suite, les seigneurs les plus importants ont pu remplacer la tour de bois par un donjon de pierre, placer un pavage de pierre sur les flancs du tertre et même rajouter des remparts.

La motte de Castel al Lez s’élève un peu en retrait et au sommet du versant qui domine la Palud du Curnic, à ’extrémité ouest de la commune de Guissény. Elle mesure 64 à 74 mètres de diamètre à la base et est entourée d’un fossé large de 6 à 8 mètres.

En contrebas de la motte, se trouve la "basse cour", les bâtiments d’exploitation agricole et les maisons des paysans, avec parfois une chapelle. Elle est séparée de la basse cour par le fossé qui entoure le monticule. La ferme a été implantée à une cinquantaine de mètres au sud-ouest du tertre.

La motte est haute de 6 à 7 mètres par rapport au fond du fossé profond de 3 à 4 mètres. La plate-forme mesure 30 à 40 mètres de diamètre : elle a un profil en cuvette. Des pierres y auraient autrefois été récupérées et, selon la tradition, il existait un "tunnel".

La motte domine la baie du Vougot ; de son sommet, on pouvait surveiller la mer et voir arriver d’éventuelles flottes d’envahisseurs, comme les Normands.

**************************************************

- Les attaques des pirates sur la côte.
Commencées à la fin de l’occupation romaine, les incursions des pirates scandinaves continuèrent au début du Moyen Age. En 875, Lesneven, alors dépourvue de fortifications, fut prise et détruite : tout le pays fut "transformé en désert". En 937, le Comte Neven, qui a reconstruit à Lesneven "une belle forteresse en terre à la mode de ce temps", s’opposa à ne nouvelle attaque des Normands. Le débarquement aurait eu lieu sur la côte de Guissény-Kerlouan et notamment dans l’embouchure du "Roudouhin" (ou Roudoushir, rivière de Guissény) : "Un beau jour une flotte normande déposa sur l’une des grèves du littoral léonais, à quatre ou cinq lieues nord de Lesneven, une armée piratique qui se répandit aussitôt dans la campagne, pillant, brûlant, ravageant ces champs, ces maisons fraîchement relevées, et se dirigeant sur la résidence du comte".
La bataille décisive se produisit dans la vallée de la Flèche où Neven écrasa les pirates (Runeven en Plouider). Les Normands prennent la fuite par Kerlouan (d’où ils étaient partis) et ne reviendront jamais. Le site est identifié à Kerlouan par un très vieux chêne qui domine le rivage.

***************************************************

- Un habitat du Haut Moyen Age à Kermaro.
Au nord-ouest du village de Kermaro, le site se trouve dans une légère dépression du plateau, sur le haut de la falaise mort dominant la baie du Curnic. Limité dans sa partie Est par un talus bordé d’un fossé intérieur et dans sa partie Sud par un muret ancien, il abrite les restes d’une construction constitués de grosses pierres. Lors d’une visite du site en 2004, M. Le Goffic, archéologue du Finistère, identifia ces pierres comme les vestiges d’un habitat du Haut Moyen Age, pouvant se situer entre le VIème et le IXème siècle. C’était une découverte intéressante car rares sont les vestiges de l’époque médiévale en Bretagne (communication dans la BSAF de 2005).

Nous avons pu reconnaître des talutages formés de pierres dressées et de terre, prenant souvent appui sur des effleurements naturels de roche ou sur des blocs dégagés par l’érosion météorique. Un petit bâtiment, constitué de grosses pierres sur chant, la plus grosse atteignant 2,55 m de longueur et dont la hauteur ne dépasse pas le mètre, a une surface interne de 7 m² environ, en forme de trapèze de 2,45 de grande base, 2 m de petite base et 3,05 m de hauteur.

Il y a une quarantaine d’années une fouille partielle a eu lieu dans cette structure et elle a fourni un lot important de tessons de faïence, de grès, de verre, des fragments d’assiettes à marli, de bols, de bassins à glaçures interne,... qui témoignent d’une occupation entre le XVIème siècle et le début du XXème siècle. Cependant, plusieurs tessons sont nettement plus anciens et datent de l’âge du fer, période de la Tène. Ce site qui n’a jamais été labouré constitue une "réserve archéologique" intéressante.

Des habitants du village témoignent que leurs parents racontaient que cet habitat abritait autrefois une famille ; il était alors recouvert d’un toit constitué de branchages, lequel fut un jour détruit par un incendie et les choses restèrent ensuite en l’état.


Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

Le site du Curnic
le 5 novembre 2015
par yvon
L’occupation romaine
le 2 novembre 2015
par yvon
La Préhistoire
le 2 novembre 2015
par yvon
Aperçu général
le 29 octobre 2015
par yvon


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.78
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2